Retrouver la vue : 7 minutes pour soigner la cataracte

Pendant plus de 3 ans, Hounsigbo a vécu avec la cataracte et ne pensait jamais retrouver la vue. Elle est devenue entièrement dépendante de sa famille. Découvrez comment son petit fils l'a aidée à récupérer sa liberté.

Une vie dans l'obscurité totale

Avant de devenir aveugle, Hounsigbo travaillait dans son village du Togo. Chaque jour, elle se rendait en forêt pour couper des arbres et tisser des nattes à partir de leurs branches, qu’elle vendait ensuite pour gagner sa vie. Mais la cataracte a totalement chamboulé son quotidien. Pendant plus de 3 ans, elle a vu sa vision se dégrader et son autonomie disparaître.

Aujourd’hui, la septuagénaire habite chez l’un de ses enfants, étant dans l’incapacité de continuer à travailler. Elle passe jour et nuit dans une petite pièce de la maison. Si elle veut manger quelque chose, elle doit attendre que ses enfants ou petits-enfants le lui apportent. Si elle a besoin d’aller aux toilettes, il faut également qu’on l’y conduise. Peu à peu, elle est devenue complètement dépendante de sa famille… La cataracte empêche Hounsigbo de voir, mais aussi, et surtout, de vivre normalement.

« Quelqu’un qui n’a pas de famille souffrirait ou serait peut-être mort à ma place…« , dit-elle.

Hounsigbo dans son village au Togo avant d'avoir retrouver la vue

7 minutes pour changer de vie

Lorsque Hounsigbo a commencé à avoir des maux de tête, elle s’est rendue à l’hôpital local. Ensuite, elle a essayé des remèdes traditionnels.   « Bien qu’ils m’aient aidée pendant un certain temps, cela n’a pas suffi ; la situation a empiré, et j’ai complètement perdu la vue », dit-elle.

L’histoire d’Hounsigbo n’est pas un cas isolé. En Afrique subsaharienne en effet, plus de six millions de personnes sont aveugles à cause de la cataracte. Avec une simple opération chirurgicale, la plupart d’entre elles pourraient retrouver la vue.

Non loin de chez Hounsigbo, le Dr Wodomé dirige une clinique ophtalmologique. Là-bas, en seulement 7 minutes, il soigne la cataracte. Ce chirurgien n’est pas un faiseur de miracles, mais son équipe et lui réalisent plus de 750 opérations ophtalmiques par an. Ils permettent à des centaines de personnes de retrouver la vue.

Hounsigbo va retrouver la vue dans la clinique du Dr Wodomé

Les yeux grand ouverts

Hounsigbo avait entendu parler de la clinique du Dr Wodomé, mais elle doutait de pouvoir se payer une opération. Heureusement, son petit-fils, Louis, était déterminé à l’aider, quelle que soit leur situation financière. Un jour, il a demandé à Hounsigbo de l’accompagner à un dépistage que l’équipe du Dr Wodomé organisait à proximité de leur village.

« Je ne savais pas où j’allais, mais mon petit-fils m’a dit que je devais venir avec lui. Je lui ai demandé : « Mon fils, as-tu de l’argent ? » et il m’a répondu : « Grand-mère, allez, suis-moi »..

Très vite, la vœu de Louis a été exaucé. Sa grand-mère a appris qu’elle devait se rendre à la clinique du Dr Wodomé pour se faire opérer gratuitement. Avant même qu’elle ne réalise ce qui se passait, elle entra dans la salle d’opération. Le lendemain, lorsqu’on lui a retiré son pansement, Hounsigbo a immédiatement éclaté de rire, puis a couru dans les bras du Dr Wodomé. Elle voyait à nouveau !

Retrouver la vue grâce au Dr Wodomé

Des étoiles dans les yeux : Hounsigbo vit à nouveau !

Lorsque Hounsigbo et Louis sont rentrés chez eux, tous les autres petits-enfants la grand-mère ont couru dans ses bras en criant : « Grand-mère peut voir !« . C’était un moment plein d’émotions et de reconnaissance.

Aujourd’hui, Hounsigbo peut voir, elle est redevenue autonome et surtout, elle est à nouveau en bonne santé. Elle est libre de retourner au travail et de reprendre sa place en tant que matriarche de la famille.

« J’ai reçu la grâce de vivre à nouveau« , dit-elle. « Merci, et que Dieu vous donne la force à tous… pour aider davantage de personnes comme moi« .

Retrouver la vue après une cataracte

Faire un don

Découvrez d'autres articles

PARTAGEZ

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Rejoignez nos 7000 abonnés et recevez les nouvelles des navires ! Alors vous montez à bord ?

Rejoignez nos 7000 abonnés et recevez les nouvelles des navires ! Alors vous montez à bord ?



    En vous inscrivant à la newsletter de Mercy Ships, vous acceptez de recevoir des informations de notre part. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Pour plus d'information, veuillez consulter notre Politique de Confidentialité.

    Merci pour votre inscription ! Cliquez-sur le lien dans l'email de validation qui vient de vous être envoyé afin de confirmer votre inscription (attention : cet mail est peut-être caché dans vos spams).