La vision haute en couleurs

Trésor est une petit garçon de 4 ans qui est monté à bord de notre navire-hôpital pour recevoir une opération de la cataracte et retrouver une vision normale.

Alors qu’il avait encore les yeux fermés, Trésor serrait de ses petites mains ses patchs oculaires récemment enlevés. Même si la douce voix de l’infirmière l’incitait à sortir de l’obscurité, irefusait de les ouvrir. Il fallut quelques minutes avant que l’enfant n’ose lentement cligner des yeux pour finalement les ouvrir en grand. La peur a fait place à l’émerveillement lorsqu’il s’est approché de la petite voiture devant lui. La veille, il n’avait pas pu voir ce jour clairement.

Lire la vidéo

Apparition de la cataracte

« Avant l’opération, j’avais vraiment peur car je me demandais si ses yeux seraient normaux : qu’allait-il se passer ? Est-ce que mon fils verrait à nouveau ? » a déclaré Larissa. « Mais après l’opération, il pouvait voir les couleurs et les jouets, et j’ai compris alors que tout irait bien maintenant. »

Quelques mois auparavant, Larissa avait remarqué les problèmes de vision de Trésor. Son brillant et turbulent petit garçon commençait à avoir des difficultés à lire et à écrire. Il trébuchait et tombait de plus en plus souvent.

« C’était un petit garçon fougueux, mais qui ne donnait pas de coups de poing et qui se mettait à l’écart – du moins en partie parce que c’est ainsi qu’il a survécu à son handicap », a déclaré le Dr Glenn Strauss, chirurgien ophtalmologiste bénévole qui a opéré Trésor. « Il avait une cataracte à chaque œil et une vision très limitée… Trésor était agressif parce que c’est ainsi qu’il arrivait à gérer son environnement. Au quotidien, il s’en sortait plutôt bien. Mais qu’allait-il se passer à l’école s’il ne pouvait pas lire ou voir le tableau noir ? »

Pour l’instant, il arrivait encore à grimper le chemin rocailleux qui menait à sa maison. Il pouvait toujours aller à l’école et jouer avec son meilleur ami, Sammy. Mais l’aggravation de sa vue ne tarderait pas à l’empêcher de vivre normalement.

Voir son unique enfant perdre la vue à un si jeune âge était très angoissant pour sa mère. Larissa gagne sa vie en cuisinant et en vendant de la nourriture sur un marché local – un travail qui requiert de longues journées de travail. Elle a toujours rêvé d’un bel avenir pour son fils, mais ses rêves se brisaient de jour en jour.

Une opération ophtalmique pour retrouver une bonne vision

“Quand j’ai appris la nouvelle, j’étais vraiment déprimée”, a déclaré Larissa avec tristesse. “ J’avais l’impression qu’une partie de moi était en train de mourir parce que je sais que la vue est essentielle dans la vie. Je ne pouvais pas croire que cela arrivait à mon enfant .”

Incapable d’offrir une opération de la cataracte à son fils, Larissa se sentait comme paralysée. “ Je n’arrivais plus à penser, ni à manger. Toutes les mamans veulent voir leur enfant réussir ”, dit-elle. “Je me demandais s’il allait devenir un fardeau et s’il aurait toujours besoin d’être aidé. Ce n’était pas facile pour moi de penser à lui de cette façon.”

Après avoir entendu parler de Mercy Ships par l’instituteur de l’école de Trésor, Larissa a emmené son fils au dépistage. Peu de temps après, il était à bord de l’Africa Mercy pour une opération chirurgicale oculaire pédiatrique. Malgré les craintes initiales, l’intervention de 20 minutes a été un succès.

“La cataracte arrête le développement des voies d’accès au cerveau. Chez les enfants âgés de 3 à 5 ans, il faut parfois des semaines pour que ces voies se remettent en marche une fois la cataracte enlevée. Pour Trésor, la qualité de sa vision s’améliorera dans les prochaines semaines, au fur et à mesure qu’il utilise ses « nouveaux yeux”, a déclaré le Dr Strauss.

Un manque de chirurgien ophtalmologique en Afrique

Cette réalité souligne l’importance capitale des chirurgies oculaires pédiatriques. D’innombrables cas de cécité pourraient être guéris, la vue restaurée et l’avenir changé si seulement davantage de personnes avaient accès à ce type d’aide médicale. Grâce à l’intervention médicale gratuite qu’il a reçue chez Mercy Ships, Trésor a pu retrouver rapidement une vie normale. Après quelques semaines seulement, il est retourné à l’école, a pu écrire, lire et jouer sans que rien ne l’en empêche. 

“Il peut parfaitement écrire maintenant. C’est ma joie, car je veux qu’il réussisse et qu’il puisse faire mieux que moi. Je veux pour mon enfant une vie meilleure que la mienne », a déclaré Larissa. « Maintenant, je suis heureuse et confiante, et je suis reconnaissante à Mercy Ships d’être venu apporter la guérison à mon enfant .”

3 Articles les plus lus

Je souhaite faire un don

Découvrez d'autres articles

PARTAGEZ

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp