Mouhamed

Mouhamed, âgé de 11 ans, vit avec sa famille dans un minuscule village isolé de l’intérieur du Sénégal. Ce village n’est même pas mentionné sur la carte, donc à moins de connaître quelqu’un qui y vit, on ne peut pas savoir qu’il existe. Pour l’atteindre, les voyageurs doivent suivre un chemin de terre rouge sur plusieurs kilomètres, avant de traverser une prairie ouverte.

Malgré son isolement, le village de Mouhamed est une communauté diversifiée composée de personnes qui viennent de différentes tribus, parlent différentes langues et ont des cultures différentes. Pourtant, malgré ces différences, une valeur commune rassemble les habitants du village :  la solidarité.  Ils s’entraident, partageant nourriture et histoires, ainsi que les joies et les peines des uns et des autres.

Aussi, lorsqu’une grosseur est apparue dans la bouche du jeune Mouhamed il y a deux ans, ce n’était pas un problème seulement pour lui et son père, Mactar. Toute la communauté se sentait concernée et unie pour soutenir le jeune garçon. Malheureusement sans l’accès à une opération chirurgicale fiable, personne ne savait vraiment comment l’aider.

Au fur et à mesure que la tumeur grossissait, Mouhamed se renfermait. Elle lui défigurait le visage et l’empêchait de parler correctement, alors il se mit à parler de moins en moins. Assombri par la douleur et la honte de cette déformation, il se repliait sur lui-même.

La famille de Mouhamed a cherché une solution pendant deux ans, mais quand une deuxième grosseur est apparue, elle était totalement désespérée.

« Voir mon enfant souffrir alors que je ne pouvais rien faire pour l’aider… J’étais impuissant », se souvient Mactar en larmes. « Nous attendions et espérions un jour trouver une autre solution pour guérir Mouhamed. » « Mon rêve le plus cher est de voir mon fils vivre comme avant », ajoute-t-il.

Ce jour est finalement arrivé quand une émission de radio a annoncé l’arrivée de l’Africa Mercy au Sénégal.

« Quand j’ai entendu parler de Mercy Ships pour la première fois, j’ai senti l’espoir renaître », explique Mactar.

Bien que le voyage de leur village au port de Dakar ait été long, il en valait la peine. Après les étapes d’enregistrement et de dépistage, Mouhamed a été opéré, transformant ainsi en réalité son rêve de voir son fils guéri.

« J’étais certainement le père le plus heureux au monde », déclare Mactar. « Je suis un homme un peu âgé certes, mais s’il y avait eu de la musique, j’aurais dansé, j’étais si heureux. »

Depuis son opération, il suffit de regarder Mouhamed pour voir qu’il est un tout autre garçon. Et avec le temps, il continue à s’épanouir. Le rétablissement de Mouhamed a été bien plus qu’une guérison physique, c’était une métamorphose complète. Sa tumeur a disparu, il est devenu libre. Libre d’être un garçon de 11 ans insouciant, de recevoir de l’amour et de le rendre.

Avant l’opération, Mouhamed avait du mal à regarder dans les yeux la personne qui lui parlait et il ne répondait que par des hochements de tête. Après l’opération, on entend la voix joyeuse de Mouhamed résonner dans toute la salle de l’hôpital lorsqu’il salue un visage familier. Non seulement il a réussi à établir un contact visuel, mais en plus, il n’a plus peur d’exprimer son affection.

« J’espère que ceux qui n’ont pas connu Mouhamed avant ne sauront jamais qu’il avait été différent », affirme son père. Après sa convalescence, Mouhamed est prêt à rentrer chez lui. Ce jour-là, le jeune garçon qui salue joyeusement le véhicule est clairement différent de celui qui est arrivé sur le quai deux mois plus tôt.

« Mon fils a un nouveau visage et une nouvelle vie », déclare Mactar en souriant.

De retour dans leur village, le père et le fils sont accueillis par toute la communauté – même le chef du village est sorti pour célébrer le retour de Mouhamed !

« Sa façon d’interagir avec les autres a totalement changé. C’est incroyable », explique Mactar. « Autrefois, nous étions désespérés, nous vivions un cauchemar, et maintenant nos vies sont transformées. »

Témoignage suivant

Tous les témoignages