Victime de brûlure : l'espoir d'une chirurgie pour Paul-Bernard

Victime d’un accident domestique laissant de nombreuses marques de brûlure, Paul-Bernard ne pouvait pas recevoir la chirurgie nécessaire… Découvrez comment vous avez transformé sa vie.

L’air est chaud et lourd dans la chambre où dorment Paul-Bernard, trois ans, et son cousin aîné. C’est une nuit comme les autres. Soudain dans son sommeil, il renverse accidentellement son cousin sur une lampe à pétrole qui se trouvait à proximité. Le feu atteint leur matelas et transforme le lit en brasier.

Paul essaye de repousser les flammes avec ses mains, mais en vain… Sa tentative lui provoque de graves brûlures sur son visage, le haut de son corps et ses bras.

Ses blessures ont mis deux longues années à cicatriser… Mais son coude est resté bloqué à cause d’une contracture musculaire qui s’est développée à la suite des brûlures. Cette contracture limitait sérieusement Paul dans l’utilisation de son bras.

Un lourd handicap causé par sa brûlure

Aujourd’hui âgé de 11 ans, Paul a passé la majeure partie de son enfance à se débrouiller sans l’usage de son bras. Chacune de ses actions lui demandait bien plus d’effort et de temps que les autres.

“Paul a toujours dû faire des efforts supplémentaires pour faire ce que les autres garçons pouvaient faire.”
Martha, grand-mère de Paul.

Enfant doux et calme, Paul a vécu des années dans la honte. Sa mère raconte avec tristesse que des inconnus dans le bus ou des enfants dans la rue se moquaient constamment de lui. Pourtant, malgré les épreuves, Paul a su garder son caractère chaleureux.

“Je crois que Paul sera un homme de Dieu, il est bon et courageux. Je ne pense pas qu’un autre enfant dans sa condition pourrait se débrouiller comme lui. Il est si gentil et il aime tellement les gens.” Estelle, mère de Paul.

Dans les années suivant l’accident, Paul n’est pas allé à l’école, il est resté à la maison. Il a pris du retard et sa famille a eu peur qu’il ne puisse jamais le rattraper. Ses parents l’ont finalement renvoyé à l’école et ont été ravis de constater que leur fils était très intelligent. Son apprentissage était fulgurant ! Paul rêvait de devenir charpentier, mais personne ne pouvait l’aider à retrouver la mobilité dont il avait besoin pour exercer ce métier.

L’espoir de recevoir une chirurgie 

Un jour, une annonce a procuré à Paul et à sa famille une émotion toute nouvelle : l’espoir.

En écoutant la radio, le grand-père de Paul a en effet entendu parler d’un navire-hôpital qui se rendait au Cameroun pour offrir des interventions chirurgicales. Enthousiaste, la famille a immédiatement inscrit Paul pour qu’il soit examiné.

L’attente de la réponse d’une opération potentielle a été difficile, mais Estelle est restée sereine.

“Au fond de moi, mon instinct me disait de garder espoir.”

 

L’opération à bord du plus grand navire-hôpital

Quelques mois plus tard, cet espoir est devenu réalité. La grand-mère de Paul l’a conduit à l’Africa Mercy, où il a été opéré pour retirer le tissu cicatriciel et le remplacer par des greffes de peau saine. Paul a pu étendre ses deux bras, ce qu’il ne pouvait plus faire depuis plus de 7 ans !

Estelle les a rejoints sur l’Africa Mercy quelques semaines plus tard ; elle n’en revenait pas du changement chez son fils !

“Au moment de changer un pansement, lorsque les bandages ont été enlevés, j’ai pu voir son bras pour la première fois.”

“J’en ai eu des frissons car je voyais à quel point il avait changé.”

Son opération était une première étape vers la guérison. Paul a ensuite allié à la perfection le travail et le jeu lors des nombreuses séances de rééducation qui ont suivi. Jouer au basket, faire des exercices d’étirement et perfectionner sa dextérité en ramassant divers objets… Tout cela faisait partie du chemin vers la délivrance.

“L’amplitude de son coude est presque maximale, suffisamment pour ne pas être limité dans ses mouvements.”
Chelsea Darlow, ergothérapeute bénévole qui a accompagné Paul pendant sa longue rééducation.

“Cette opération lui a ouvert l’horizon : il peut aller à l’école, écrire, colorier, dessiner, travailler ; un jour – il ne sera plus du tout limité.”

Maintenant qu’il est rentré dans son village, Paul peut enfin écrire et participer aux activités de la classe. En aidant ses grands-parents à s’occuper de la maison, il réalise qu’il pourra assumer davantage de responsabilités en grandissant. Le fait de pouvoir à nouveau jouer normalement avec ses amis signifie qu’il a retrouvé une partie de son enfance.

Et maintenant, Paul-Bernard peut aller de l’avant, en réalisant son rêve de devenir charpentier !

Je souhaite faire un don

Découvrez d'autres articles

PARTAGEZ

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp