PORTRAIT

La famille Latham : Tout quitter pour un navire-hôpital

Une enseignante française et son mari médecin anglais  
embarquent avec leurs enfants sur un navire-hôpital  
pour deux ans en Sierra Leone.

Leur motivation ? Contribuer aux missions de l’ONG  
de réaliser des chirurgies gratuites qui transforment la vie des plus démunis  et de former du personnel de santé local en Afrique subsaharienne. 

Un médecin britannique, sa femme enseignante française et leurs trois enfants ont quitté leur maison à Manchester, au Royaume-Uni, pour vivre pendant deux ans une aventure incroyable sur un navire-hôpital à 6 000 km de distance, en Sierra Leone. 

Amélie Latham, professeure d’éducation physique et sportive, son mari Simon, médecin généraliste, et leurs filles Zara, 14 ans, Héloïse, 12 ans, et Sophie, 10 ans, étaient chez eux lorsqu’un appel de Mercy Ships en février 2023 a chamboulé leur vie. Il faisait suite à leur candidature pour s’engager dans l’ONG. 

Quand ils nous ont dit qu'ils avaient une place à bord pour un médecin et une cabine familiale, tout est allé très vite.

Quelques semaines après la nouvelle, Simon s’est rendu sur le Global Mercy™, alors amarré au Sénégal, pour se faire une idée de la vie et du travail à bord du navire-hôpital. En rentrant chez lui, la décision de partir en famille était prise. Ils ont mis leur maison en vente, et sont partis mi-juin 2023. Afin de s’approprier le projet familial, leurs 3 filles se sont imprégnées de Mercy Ships grâce à des vidéos et des articles.  

Toute la famille prend ses marques

Actuellement, la famille Latham vit sur le plus grand navire-hôpital civil au monde, le Global Mercy, le plus récent des navires-hôpitaux de Mercy Ships, amarré à Freetown.

Amélie est la professeure d’éducation physique de l’école à bord. En plus, elle aide à l’unité de soins post opératoire où les patients vont après une intervention chirurgicale. 

Simon travaille comme médecin généraliste à bord. Il s’occupe de la santé des membres de l’équipage, soit 640 personnes originaires de plus de 50 pays. 

Leurs filles suivent le programme scolaire accrédité sur le navire, qui est dispensé juste un pont au-dessus de leurs chambres ! Elles apprennent des langues étrangères pour pouvoir communiquer avec leurs nouveaux amis internationaux.

Devenir bénévole

Ici, je peux constater l'impact de notre mission. Ce que nous pouvons faire et les transformations que nous pouvons apporter dans la vie des patients.

Amélie 

 

Amélie ajoute la façon dont la vie à bord les a tous transformés, même leurs filles. Elles veulent désormais exercer un travail où elles peuvent aider les autres et ne peuvent pas envisager une autre vocation après les expériences qu’elles ont vécues à bord et les énormes besoins de la population.

 

Nous ne rentrerons pas indemnes

Amélie

 

Voici des articles qui pourront vous intéresser